Les mouvements de nos yeux révèlent nos émotions pendant le sommeil

Mis en ligne le 16 février 2022
Ouvrir / fermer le sommaire

Rêve ou cauchemar, notre sommeil est souvent riche en émotions. Une étude conduite par Jean-Baptiste Maranci (Sorbonne Université), Isabelle Arnulf (AP-HP/Sorbonne Université) et leurs collaborateurs à l’Institut du Cerveau et à l’Hôpital Pitié-Salpêtrière AP-HP, montre une association entre émotions des rêves et les différents types de mouvements oculaires observés au cours du sommeil. Ces résultats, publiés dans Scientific reports, ouvrent une fenêtre directe sur la régulation des émotions pendant le rêve et le bénéfice du sommeil sur la santé mentale.

 

Le sommeil et les rêves sont des états mystérieux, dont les fonctions sont encore explorées par les chercheurs en neurosciences. Parmi celles-ci, la régulation des émotions a été souvent proposée. Une phase particulièrement propice aux rêves est le sommeil paradoxal ou en REM sleep anglais, pour Rapid Eye Movement (mouvements rapides des yeux), car dans cette phase de sommeil les yeux se mettent en mouvement, alors que le reste du corps est paralysé. Mais à quoi servent ces mouvements des yeux ?

 

Des études antérieures ont montré qu’ils étaient plus fréquents au cours du sommeil paradoxal de patients souffrant de dépression, mais également chez les personnes à risque pour un trouble dépressif, suggérant un lien entre cette phase du sommeil et la régulation de l’humeur et des émotions. Plusieurs hypothèses ont été formulées sur le rôle de ces mouvements rapides des yeux, qui suivraient le scénario du rêve comme nous regardons une scène à l’éveil. Une autre hypothèse cependant fait le lien entre mouvements oculaires rapides et la réactivation de la mémoire des émotions au cours du rêve.

 

Pour mieux comprendre ce lien entre le sommeil paradoxal et les émotions au cours des rêves, Jean-Baptiste Maranci (Sorbonne Université), Isabelle Arnulf (AP-HP/Sorbonne Université) et leurs collaborateurs ont combiné différents enregistrements vidéo, audio et de l’activité oculaire (video-polysomnographie) chez 20 patients atteints de troubles du comportement en sommeil paradoxal, un état dans lequel les personnes « vivent » leurs rêves.

 

« Les visages des personnes pendant le trouble comportemental en sommeil paradoxal sont un véritable livre ouvert sur les émotions en rêve. Grâce à eux, nous avons un accès direct au contenu émotionnel du rêve. » explique Isabelle Arnulf, cheffe du service des pathologies du sommeil à l’Hôpital Pitié-Salpêtrière AP-HP et chercheuse à l’Institut du Cerveau.

 

Cette approche originale a permis aux chercheurs de montrer une association forte entre les émotions négatives exprimées par les patients et les mouvements oculaires lorsque ceux-ci surviennent « en bouffées » c’est-à-dire groupés les uns à la suite des autres (par opposition à des mouvements plus isolés). Cette association évoque une technique utilisée à l’éveil chez des patients souffrant de traumatisme qui se remémorent des évènements négatifs tout en bougeant les yeux pour guérir.

 

« Ces résultats suggèrent que les mouvements oculaires en bouffées pourraient être importants pour digérer les émotions négatives pendant le sommeil paradoxal. » explique Jean-Baptiste Maranci, premier auteur de l’étude.

 

L’équipe de chercheurs met aussi en évidence que les émotions positives sont au contraire plutôt associées à des mouvements lents des yeux, alors que les émotions négatives n’y sont jamais liées.

 

Ces résultats sont une avancée de plus soutenant le rôle du sommeil paradoxal dans la régulation des émotions en rêve et le bénéfice du sommeil sur la santé mentale. Ils suggèrent également que les mouvements oculaires et leurs différents types peuvent renseigner sur le contenu émotionnel des rêves.

Source

Eye movement patterns correlate with overt emotional behaviours in rapid eye movement sleep.

Maranci JB, Nigam M, Masset L, Msika EF, Vionnet MC, Chaumereil C, Vidailhet M, Leu-Semenescu S, Arnulf I. Sci Rep. 2022 Feb 2